Une lettre du président Dioncounta

Poster un commentaire

6 septembre 2012 par wirriyamu2011

Pour tout vous dire, nous avons appris à nous méfier de tout. De ce qui est présenté comme mensonge ou de ce qui st présenté comme vérité.

 Quand mercredi matin, rfi a annoncé la requête du mali envoyée à la Cedeao, il y avait quelque chose d’étrange. On parlait d’une source diplomatique française qui en avait fait état et d’une confirmation par Ali Coulibaly. Une sorte de chaîne qui rappelle l’histoire de l’homme qui a vu l’homme qui a dit que… Bref, rien ne conduisait à considérer cette information comme parfaitement crédible ou éclairante. Elle introduisait la confusion sur son contenu, son timing, son niveau de consensus. En effet, à ce stade, personne n’avait vu le texte, pas même la Cedeao, c’est-à-dire le président Ouattara. Etrange situation.

 En analysant le timing de l’opération, on ne pouvait pas ne pas soupçonner le fameux « diplomate français » d’avoir mis une pression considérable sur le président Dioncounta pour obtenir un engagement ferme à saisir la Cedeao. Tellement ferme que cet ambassadeur en sortant de chez Dioncounta et après son entretien avec A. Ouattara s’est cru autorisé à annoncer cette saisine à venir et à en détailler le contour. Il ira même jusqu’à dire (je pense qu’il se foutait de nous) qu’au moment où il s’exprimait la requête était arrivée à la présidence ivoirienne http://news.abidjan.net/v/10359.html. Il s’agit de l’ambassadeur français pour le sahel, Monsieur Jean Félix-Paganon. Cette annonce, prématurée, et non concertée a lancé la machine médiatique (et je ne parle même,pas des réseaux sociaux) sur cette requête sans que personne n’ait eu l’occasion de voir son contenu.

 Dès lors, l’enjeu des uns et des autres, notamment du coté de Dioncounta était de rattraper cette gaffe qui donnait, encore une fois, l’impression que tout ce qui concernait le Mali se décidait ailleurs qu’au Mali et surtout était annoncé d’abord ailleurs, voire partout sauf au Mali.

 En effet, le lendemain, jour de conseil des ministres, beaucoup de malien était attentifs au journal télévisé pour savoir ce que le conseil des ministres avait pu décider ou, à tout le moins, dire sur cette question. La télévision malienne va ignorer superbement ce sujet. Le communiqué du Conseil des ministres qui a été lu deux fois (à cause d’un problème de son) n’en fait aucune mention. On a même pu assister à une scène assez cocasse : pendant que la télévision ivoirienne rendait compte de la requête et de l’audience accordée par A. Ouattara au SG de la présidence du Mali, la télévision malienne rendait compte de la visite du directeur de la banque mondiale à…Abidjan ! C’est assez formidable tout ça !!!

Enfin quand on connaît les problème de légitimité que connaît Dioncounta, était il opportun qu’il envoie une lettre non présentée en conseil de ministre quitte à ce que cet acte apparaisse comme un acte unilatéral et non consensuel ? Malgré tous les risques de blocages éventuels que pouvait comporter une présentation en conseil de ministre et une information officielle des maliens avant transmission, ce recul et/ou ce retard aurait permis à mon avis de montrer qu’enfin le Mali fonctionnait comme un Etat.

Au lieu de cela, plusieurs Etats se sont exprimés : la requête n’était plus la requête du mali mais la « lettre de Dioncounta », et la république de Kati et son empereur Sanogo s’est exprimée pour dire son mécontentement (dont on ne sait d’ailleurs pas s’il est suffisamment partagé par le reste de l’armée puisqu’il semble que le texte colle à la demande du chef d’Etat major de l’armée) enfin, la République du gouvernement Diarra n’a rien dit pour le moment, le premier ministre qui aime tant parler se tait.

 Mais sérieusement que demande le Mali à travers la demande de son président par intérim : Selon rfi (http://www.rfi.fr/afrique/20120905-mali-dioncounda-traore-cedeao-aide-nord-bamako-lettre-pr%C3%A9sident-transition) qui en sait beaucoup plus que l’afp, c’est-à-dire pas grand-chose en réalité (vu que personne n’a vu le texte) il demanderait :

  • Que la CEDEAO vienne pour aller au nord (« le déploiement d’une force militaire et de police est sans objet pour sécuriser les institutions de la transition à Bamako »)
  • Un renforcement des capacités antiterroristes, par l’envoi d’un détachement de fonctionnaires de police, et par l’envoi aussi d’équipements.
  • Une aide pour réorganiser les forces armées et de sécurité. « Reconquérir le Nord est le défi majeur », écrit-il, et pour cela, « une assistance est nécessaire pour la remise à niveau rapide des unités de l’armée ».
  • Un appui aérien et l’envoi de cinq bataillons à partir de la ligne de front, qui « seront graduellement engagés pour contrôler les villes reconquises ».
  • Un soutien pour acheminer de l’aide humanitaire, et pour aider à neutraliser les mines qui ont pu être posées dans le Nord. « L’urgence d’une action concertée du Mali, de la Cédéao et de la communauté internationale n’est plus à démontrer ».

Au fond si tout le monde est de bonne foi, ce qui est loin d’être le cas, cette requête devrait être acceptée notamment à Kati. Parce qu’ailleurs, les uns et les autres sont prêts à y répondre favorablement…quoique certains comme nous demandent à voir la requête avant! On tourne en rond ? C’est devenu une habitude !!!

Une dernière maliennerie pour la route, le secrétaire général de la présidence qui a convoyé la précieuse requête à Abidjan  a été remercié. Je veux dire qu’il a été remplacé. En effet, Monsieur Ousmane Sy nomme Secrétaire Général de la Présidence de la République avec rang de ministre en remplacement donc de Baba Berthé. Drôle de pays, me diriez vous. Naturellement, les nominations nombreuses du conseil des ministres d’hier ne mentionnent pas ce nouveau secrétaire général…à quoi bon ? Les maliens veulent savoir ? Mais pourquoi ?

Dans cette période tourmentée où plusieurs pays essayent de jouer de leur influence, les autorités maliennes doivent avoir à cœur un respect des formes et procédures. Un peuple aussi malmené ne supportera pas longtemps ces pratiques non transparentes non coordonnées et surtout humiliantes.

 Tout le monde veut relever la tête. La relever à moitié mais relever la tête !!! Avis aux autorités maliennes !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :