100 jours et puis rien

Poster un commentaire

29 juillet 2012 par wirriyamu2011

Les 100 jours de Cheick Modibo Diarra à la télévision (http://news.abamako.com/v/389.html) nous a pour ainsi dire laissé sans voix et sans écrits, personnellement j’ai réussi à atteindre la limite de tweet envoyés et ne pouvait plus réagir à la fin de l’émission. D’autres sur le fil #mali ont fini déchirés, s’invectivant, et s’accusant d’incivilités. A la fin de l’intervention, c’était la guerre totale et un champ de ruine entre les twittos maliens.

Tout d’abord, la mise en scène de cette intervention. Rien n’a été laissé au hasard. CMD devait paraître tel l’empereur dans son palais. Au mur, des photos géantes de CMD tout sourire. Dans la salle, l’ensemble du gouvernement et quelques autres partisans prêts à applaudir. Tout était là pour monter qui était en face de nous, un chef, un malien et un grand chef. Tout avait été scénarisé, le début du plateau où un artiste traditionnel joue le prélude de l’hymne national à la flute, puis l’hymne chanté par tous dont un CMD la main sur le cœur. Dans la mise en scène, la fin était également prévue, avec une image de CMD recousant les bandes d’un drapeau malien déchiré, tout un symbole qui se suffit à lui-même. Tout ceci dans quel but ? Lui seul le sait !

Le storytelling ensuite qui commence par un reportage de 13 minutes qui parle de tous les sujets, notamment de ces maliens (quelques personnes prises dans la rue : les médias africains doivent savoir que interroger deux à trois personnes dans la rue ne vaut pas un sondage scientifique. Prétendre le contraire est soit malhonnête, soit non professionnel), qui parle des réalisations du gouvernement mais qui élude deux sujets majeurs : la défense et les élections. Ce ne serait pas très grave sauf qu’il s’agit simplement des deux sujets pour lesquels le gouvernement de transition a été mis en place.

Le contenu de l’interview. Cette intervention sera structure autour de deux messages complémentaires : le premier : rien n’a été fait pendant 10 ans voire 20 ans ce n’est pas en 3 mois qu’on peut le faire; ensuite la situation est très complexe et il faut se préparer à une crise longue, très longue

Sur le premier point, C. M. Diarra ne fait que reprendre une rhétorique qui court à Bamako pour stigmatiser les 20 ans que le pays a connu depuis la chute du régime de Moussa Traoré. Ces années, selon la rhétorique, ont été des années de confiscation du pouvoir par un petit nombre, qui ont pillé le pays, qui l’ont trahit et qui ont organisé l’installation des terroristes au nord du Mali. Il est donc, selon les théoriciens, absolument inacceptable que ces rapaces viennent demander la démission de qui que ce soit. CMD ira même très loin en utilisant des morts forts du type « on allait dans le mur » avant le coup d’Etat ; ou encore « le consensus tue ! » En attendant, le régime dictatorial qui a précédé le consensus a fait beaucoup plus de morts que ce consensus. Nous avons longuement dit ce que nous pensions de l’effet sclérosant du consensus mais nous n’acceptons pas que tous les maux du mali lui soit attribué, surtout quand il s’agit de parler des actions d’un gouvernement qui n’a rien à avoir avec cette période. Ce premier fil rouge de CMD laisse penser qu’il a épousé totalement, comme on le présupposait dans son inaction envers la junte, les théories qui ont conduit certains à soutenir le coup d’Etat et/ou à s’opposer au maintien de Dioncounta Traoré. Comment aller ensuite expliquer à ceux qui s’en prennent physiquement aux symboles de cet ordre ancien et honni qu’ils ont mal agit? Vous avez dit premier ministre de consensus ? Cherchez encore !

Second message, la situation au nord du mali ayant été non traitée depuis 20 ans, nous sommes devant une situation absolument complexe qu’on ne peut régler en trois mois et même, il faudra très très longtemps pour recouvrer l’intégrité territoriale. On sursaute devant autant de pessimisme quand on connaît la force de frappe des islamistes qui n’est pas si redoutable que CMD semble le dire, selon les uns et les autres. On tombe carrément quand CMD compare la situation à l’Afghanistan. En effet, selon lui, toutes les armées du monde sont en Afghanistan depuis 10 ans sans être arrivés à déloger les terroristes. Comment dire…il s’agit d’une méprise monsieur le premier ministre. Les Talibans exerçaient le pouvoir régalien sur ce pays et avaient le temps de s’y installer. Au mali, les terroristes sont juste des brigands qui n’ont aucune assise politique. Ensuite, les talibans ont été aguerris par une première guerre de libération, ce qui les rend autrement plus difficile à combattre. Et enfin, les talibans ne sont que portions congrues dans ce pays maintenant, ils ont une force de nuisance mais n’occupent plus des régions entières. Cette comparaison vise-t-elle à nous faire peur ? Certains le pensent. Il serait question de dramatiser la situation pour éviter que les demandes de démission se répètent mais aussi pour que ceux qui demandent des comptes se taisent.

Ce tableau fait de comparaisons hasardeuses et d’incantations est complété par des fanfaronnades du genre, la guerre est nécessaire ou encore s’attribuer la division entre les groupes terroristes alors que le gouvernement malien n’y est absolument pour rien. Je passe sur les propos vaseux sur la sécurité des journalistes pour laquelle CMD après avoir accusé les anciens régimes indique que son gouvernement agit pour protéger les journalistes tout en insinuant des manipulations « avec des gens qui se déguisent en militaires pour commettre des forfaits »…disant que son régime n’avait pas intérêt à ce que les journalistes soient agressés.

Cette interview de CMD c’est aussi des formules qui resterons dans les mémoires : il commença par « l’art de la guerre » pour expliquer pourquoi il ne disait rien sur les préparatifs militaires, il continua sur « l’art de négocier » en parlant d’éventuelles négociations, poursuivi par une accusation de lobbies et de riches qui auraient payé des journalistes pour écrire des choses pas vraies sur lui.

 

 Comme vous pouvez le voir, CMD n’a pas parlé de comment reconquérir le nord. Il ne peut rien en dire…il faut juste savoir que cela prendra du temps.

Ah au fait, j’ai oublié, CMD ne démissionnera pas…parce que selon lui l’accord cadre ne le permet pas…quand il s’agit de ne pas appliquer l’accord cadre en sa faveur, CMD n’y voit aucun inconvénient. Ce même accord cadre prévoyait clairement un gouvernement d’union nationale, CMD en a fait fi et a construit un gouvernement à sa main qui ne satisfait personne et qui n’arrive à rien. L’accord cadre oui, mais l’accord cadre qui m’arrange seulement.

Personnellement, mon moment préféré est ce moment où le journaliste lui demande ce qu’il y a dans sa feuille de route et où CMD réponds (1h17min de la video) « Il n’y avait même pas besoin de feuille de route…l’accord cadre nous dit ce qu’il y a à faire ! ». Toute la gouvernance de CMD est dans ce passage, poser  des actes qu’il sait ne servir à rien mais qu’il pose quand même juste pour faire de la démagogie ou pour amuser la galerie.

Rien à rajouter. CMD se suffit à lui-même. Un éternel fumiste.

Qu’aurions-nous aimé entendre dans cette session de propagande ?

L’information la plus importante que nous attendions de CMD était de dire de façon claire si le Mali allait ou non solliciter assez rapidement la CEDEAO. Si oui, quand est ce que la requête allait être signée ou à tout le moins quel était le chronogramme pour la finalisation d’un tel document. Certes, comme à son habitude, le premier ministre nous a dit qu’il y a avait beaucoup de pays qui étaient prêts à aider le Mali, qu’une combinaison de forces, avec comme noyau dur les troupes du Mali, était envisageable mais sans nous dire clairement « oui nous allons signer la requête et nous l’adresserons courant août à la commission de la CEDEAO »

Ensuite, sur la stabilité des institutions, j’aurai trouvé utile soit d’annoncer une dissolution prochaine du CNDRE, soit de dire clairement qu’il y était opposé. Là encore, le flou est entretenu. En mauvais connaisseur de la vie des institutions, CMD semble ne pas savoir qu’il n’y a rien de plus favorable à l’instabilité, à l’immixtion de la junte, aux jeux de pouvoir parallèles que le flou sur le rôle d’une institution. La communauté internationale en exigeant la dissolution du CNDRE offre à CMD une sorte d’argument massue pour dire, « nous allons le dissoudre mais comme vous le savez ce n’est pas notre volonté mais c’est pour faciliter l’adoption d’un texte par le conseil de sécurité de l’ONU »

Enfin, la constitution du gouvernement d’union national est le dernier sujet sur lequel le premier ministre aura montré sa désinvolture comparant le sujet à une demande d’intégrer 200 personnes dans son gouvernement, à une chasse aux postes qui n’apporterait rien au Mali. Ceux qui ont rappelé CMD à cette obligation seront ravis par cette façon de faire.

Je voudrais conclure en disant à ceux qui nous demandent si nous comptons repartir de zéro en faisant démissionner CMD? Je leur réponds que c’est précisément parce que trois mois après nous en sommes encore à zéro qu’il doit partir. Ensuite, CMD dit la larme à l’œil (comme d’habitude)  que le Mali lui a tout donné et que « tant qu’il sera debout, il le servira ».J’ai eu envie de lui répondre par son propre mot : « On peut servir son pays sans être au gouvernement »…surtout quand on le dessert en y restant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :