J’accuse la COPAM!

Poster un commentaire

23 mai 2012 par wirriyamu2011

Le président Dioncounta Traore n’a pas manqué de soutiens hier suite à son agression. Quasiment tout ce que le Mali compte en organisation politique, sociale et économique s’est fendu d’un communiqué qui pour dénoncer, qui pour accuser, qui pour dire son désarroi et sa honte.

Même le CNDRE s’est fendu d’un communique souhaitant notamment un prompt rétablissement au président.

Et pourtant, l’agression de Dioncounta Traore n’est que le point culminant de deux mois de campagne haineuse, diffamatoire et basée sur la rumeur qui vise les hommes politiques maliens notamment ceux qu’on désigne sous le terme du « clan ATT ». Depuis nous n’avons, avec d’autres, cessé d’alerter sur cette méthode de division des maliens entre les bons et les mauvais, entre les patriotes et les autres.

Notre position n’était pas de défendre les hommes politiques du mali. Notre position était de dire que face à la partition territoriale que subissait le mali, chacun devait trouver le courage de renoncer à tous ses griefs, à ses rancœurs pour favoriser tout acte qui irait dans le sens de la stabilité politique et institutionnelle. Cette position est guidée non pas par le souhait de cacher les dossiers louches (comme le dit la rumeur) mais de permettre qu’en face des rebelles et autres bandits, il y ait un état, un seul ; un donneur d’ordre et un seul.

Les revanchards n’ont pas compris ou n’ont pas voulu comprendre. Chaque jour qui passait, ils préparaient les esprits des jeunes. Chaque minute à la radio était utilisée pour dire combien certains avaient vendus le pays et combien ces mêmes personnes s’étaient alliées (y compris avec les terroristes) pour empêcher que le changement, le vrai changement arrive.

Qu’est ce donc ce vrai changement ? Nous ne le savons pas encore. Une convention pour ce changement a eu lieu et a décidé de mettre en place des structures de la qui devront rendre ce changement possible. Pour changer, elle propose donc de désigner le capitaine Sanogo comme président de la transition. Il ne faut pas craindre le ridicule ! C’est donc Sanogo qui incarnerait le mieux l’esprit de changement ? Pour l’accompagner, une série d’instances mêlant le CNDRE et les civils : il s’agit d’un conseil national de transition pour le changement (CNTC), le gouvernement de transition et le Conseil national de la communication, un conseil de défense nationale de 15 membres (10 militaires et 5 civiles) ceci pour une durée de 15 mois.  La constitution malienne est donc considérée comme n’existant plus. Tirant les conséquences de cela, la convention s’est proclamée souveraine et a disposé pour l’ensemble du peuple dans un mépris total pour l’ensemble de la population du mali.

Dans notre entendement, l’objectif des marcheurs de Koulouba était d’obtenir une démission de Dioncounta avant la fin de leur convention. Une situation de vide institutionnelle éventuelle aurait facilité une intervention du CNDRE qui dans le cadre de la convention aurait pris « ses responsabilités ». Le plan semble avoir échoué car la situation a échappé aux instigateurs car créant une émotion qui dépasse largement l’entendement. En cas de démission non obtenue, une incapacité physique de Dioncounta à exercer son pouvoir pouvait être une solution acceptable pour entraîner le chaos. J’accuse les leaders de la Copam d’avoir imaginé un engrenage qui leur aurait permis de prolonger le calvaire de la population et surtout de ne pas s’occuper du nord du mali. Ces personnes ont un sens aiguë de la diversion et du mensonge. Les gouvernant seraient les seuls à ce pas savoir que la Copam est au moins complice de cette agression. A minima, ils doivent être entendus dans le cadre de l’enquête. Personnellement, je les désigne comme coupables de ces actes.

Sanogo sera-t-il un homme une fois dans sa vie? Il donne sa parole et ne la respecte pas. Il parle, écrit une chose mais fait et fait faire son contraire. Il est temps qu’il dise ouvertement qu’il n’est en rien concerné par la convention de la Copam et qu’il s’en tient à l’accord maintenant Dioncounta Traoré au pouvoir. Il serait temps qu’il pense au mali et qu’il s’en aille profiter de sa retraite d’ancien chef d’Etat. Je ne commenterai pas cette énième forfaiture car cela fait partie des sacrifices que nous acceptons pour le mali. Nous accepterons d’appeler « excellence » un ignare qui a plus détruit que construit juste pour que la promesse d’un pays unifié soit tenue.

Il est temps de soutenir le dispositif de transition actuel et de le stabiliser. Tous ceux qui écrivent des communiqués pour dénoncer l’agression, tous ceux qui donnent des messages de fermeté à la radio, tous ceux qui disent leur honte doivent maintenant se lever pour ne pas laisser la place à la Copam.  Que tous ces mouvements s’organisent pour monter un soutien actif aux institutions de la transition, à la stabilité du pays. Il est grand temps que nous acceptions de perdre un peu pour ne plus ressentir cette honte.  Il ne s’agit pas de Dioncounta mais de l’opportunité d’agir pour le nord mali. Sacrifions-nous pour cela. Sacrifions tout pour cela. Ne disons rien qui fâche les extrémistes. Ne faisons rien qui nous divise.

Restons unis et courageux car d’autres brimades, injures et crachats nous serons adressés mais nous ne devons pas dévier de notre devoir de citoyen : celui de défendre le Mali chaque jour, chaque minute, chaque seconde!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :