La vie après la mort

Poster un commentaire

11 avril 2012 par wirriyamu2011

En ce jour du 06 avril 2012 en proclamant de façon « solennelle et irrévocable » l’indépendance de l’Etat de l’Azawad, le MNLA était convaincu d’avoir signé l’arrêt de mort de l’Etat malien tel qu’issu dela décolonisation. Ce jour là ,pour le MNLA, l’Etat malien était mort.

Comment vit ont après la mort ? Plusieurs théories parlent d’une vie heureuse ou malheureuse mais conditionnée le plus souvent par nos actes antérieurs. Pour ce qui est du mali, le choc passé, ce pays est en train de se relever. L’espérance est possible. Hier dans la confusion totale d’un pouvoir soit faible soit contesté, il est en train de se diriger vers un pouvoir  plus consensuel possible qui permettra de faire face à sa nouvelle vie.

La nouvelle vie du Mali est une vie de sacrifices. Plus encore qu’hier, nous sommes appelés à faire des sacrifices dont nous n’imaginons pas l’ampleur au jour d’aujourd’hui. Le plus grand des sacrifices que nous devons être prêts à faire est celui de taire nos ressentiments, nos craintes et nos accusations les uns envers les autres. Ce sacrifice là est facile à écrire mais extrêmement difficile à mettre en œuvre car reposant sur une mise en silence d’émotions que tout homme ressent. J’y invite particulièrement la classe politique, la jeunesse de ce pays qui souffre énormément et les militaires.

Le second sacrifice est celui de s’ouvrir à la guerre. La guerre pour le Mali tel que nos anciens nous l’ont légué et tel que nous souhaitons le légué à nos suivants. La guerre n’est pas seulement celle qui se fait par les armes. Il y a aussi et surtout la guerre médiatique que livre le MNLA qui a table ouverte partout et notamment à Paris en passant par Nouakchott. Personne ne peut comprendre qu’on ne considère pas comme inamical l’accueil particulièrement complaisant que fait la France au porte parole du MNLA. Même cela, nous n’avons pas le droit de le dire sans qu’on nous accuse d’être des antifrançais patentés. Dans notre relation avec la France tout nous a été fait, je dis bien tout et aujourd’hui cette énième trahison d’une nation dite amie qui considère des rebelles, qui tuent et pillent des populations civiles comme des « interlocuteurs ».

Le troisième sacrifice est celui de vivre en paix sur le sol du Mali en y combattant tous ceux qui envisagent sa partition à leur profit. Ceux qui envisagent de transformer le Nord Mali non pas en République de l’Azawad mais en République des trafiquants de cigarettes, d’essence, de drogue, d’armes et d’otages. Dans la quête de développement, il n’y a pas de nord, il n y a pas de sud. Il y a le mali. Il y a l’ambition de créer les conditions pour qu’une partie du pays ne (re) deviennent pas une zone où tous les bandits de grands chemins viennent s’installer. Ceux là même qui un jour sont enturbannés avec le drapeau noir et qui le lendemain sont des brigands qui volent et vendent tout. L’unité du mali se fera avec tous les peuples du Mali mais sans les hommes de mauvaise volonté et de mauvaise fréquentation, qu’ils soient bleus ou pas.

Nous maliens, en tant que peuple ayant l’honneur d’être face à notre histoire, devons être conscients que beaucoup de sujets nous diviserons, beaucoup de décisions seront des moments d’accrochages mais en au-delà de tout pensons à ce que nous dirons quand un jour se posera la question : qu’a tu fais pour que ton pays vive uni ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :